L’exposition « Femmes photographes de guerre »

Interview et visite commentée avec Sylvie Zaidman. Une belle exposition, huit femmes, 75 ans de conflits internationaux.

 

Écouter l’interview de Sylvie Zaidman

 

Cet épisode de So Sweet Planet est consacré à la belle exposition « Femmes photographes de guerre » et pour en parler je suis sur place, au musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin avec la commissaire générale de cette exposition, Sylvie Zaidman, historienne, conservatrice générale, directrice du musée de la Libération de Paris.

Si la photographie de guerre est une profession dominée par les hommes, de nombreuses femmes photographes ont cependant travaillé dans les zones de guerre. Elles ont documenté les crises mondiales et ont joué un rôle décisif dans la formation de l’image de la guerre. Dans les territoires de conflits, contrairement aux hommes, ces femmes ont souvent eu accès aux familles, dont elles ont réalisé des portraits particulièrement émouvants. Elles ont également été actives sur le front et pris des photos de victimes de guerre qui n’épargnent pas l’observateur.

 

Guerre du Cambodge. Entraînement de jeunes enfants devant rejoindre les troupes du gouvernement de Lon Nol. Cambodge, février 1974. © Françoise Demulder / Roger-Viollet

 

Cette exposition présente les oeuvres de huit femmes photographes reconnues – Lee Miller, Gerda Taro, Catherine Leroy, Christine Spengler, Françoise Demulder, Susan Meiselas, Carolyn Cole, Anja Niedringhaus – qui ont couvert 75 ans de conflits internationaux entre 1936 et 2011. À l’aide d’une centaine de documents, plus de 80 photographies, ainsi qu’une douzaine de journaux et de magazines originaux, l’exposition met en évidence l’implication des femmes dans tous les conflits, qu’elles soient combattantes, victimes ou témoins. 

L’exposition questionne la notion de genre, interroge la spécificité du regard féminin sur la guerre, bouscule certains stéréotypes, montre que les femmes sont tout autant passeuses d’images que témoins de l’atroce. Et certaines y ont laissé la vie, comme Gerda Taro et plus récemment, Anja Niedringhaus.

Anja Niedringhaus, Des Marines américains fouillent une école primaire abandonnée durant une patrouille à la périphérie de Falloujah. Irak, novembre 2004. © Anja Niedringhaus/AP/SIPA

 

Palestinian boys play with a phone they found in the debris of a house in eastern Jebaliya, northern Gaza strip, Thursday, Jan. 29, 2009. President Barack Obama’s new Mideast envoy turned his attention to the Western-backed Palestinian government in the West Bank on Thursday, seeking to prop up a Gaza cease-fire and restart broader peace talks even as rockets thudded into southern Israel and Israeli warplanes attacked new targets.(AP Photo/Anja Niedringhaus) |

 

Ces photographes, dont les oeuvres vont des conflits européens des années 1930 et 1940 aux guerres internationales les plus récentes, font appel à une grande variété stylistique et narrative. Leurs approches alternent entre le maintien d’une distance objective, le constat et l’implication personnelle.

L’exposition aborde aussi une problématique partagée par les correspondants de guerre : comment témoigner de la sauvagerie de la guerre ? Faut-il passer par une vision crue ou par une euphémisation formelle ? Autant de questions qui permettent de découvrir sous de nouveaux angles le travail de ces femmes, de réfléchir sur les intentions des photographes et les impératifs de la presse, entre autres.

 

February 1974, Phnom Penh, Cambodia — Survivors sift through rubble after the Khmer Rouge bomb Phnom Penh, the capital of Cambodia. Under the Pol Pot Regime, the Khmer Rouge are laying siege to the city, attacking the two million refugees who have gathered there. — Image by © Christine Spengler/Sygma/Corbis

 

FEMMES PHOTOGRAPHES DE GUERRE

du 8 mars au 31 décembre 2022

Musée de la Libération de Paris – musée du général Leclerc – musée Jean Moulin

4, avenue du Colonel Rol Tanguy

Place Denfert Rochereau – 75014 Paris

Tél : 01 71 28 34 70

Du mardi au dimanche de 10h à 18h

Site du Musée de la libération

 

Le documentaire Lee Miller, mannequin et photographe de guerre à voir sur arte.tv jusqu’au 20 mai 2022.

 

Écouter l’interview de Sylvie Zaidman

 

 

So Sweet Planet : un site et un podcast indépendants.

Soutenez mon travail sur Patreon et accédez à des contenus exclusifs !

Become a Patron!

 

 

Vous pouvez retrouver Le Podcast de So Sweet Planet sur

et sur la plupart des applis de podcasts

 

 

Partager cet article :
Partager sur Facebook4
Partager sur Twitter
Partager par mail
Partager avec Whatsapp
Partager sur LinkedIn
So Sweet Planet sur Apple Podcasts
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial