Voix de la Terre : voyage dans une humanité en relation avec tous les vivants

 

Rencontre avec Sabah Rahmani, anthropologue et directrice de la collection « Voix de la Terre » (Actes Sud).

 

Écouter l’interview

 

« Dans la faillite généralisée de sens où notre monde se coupe de ses racines vivantes, épuisant les ressources premières, en proie à l’avidité de l’egologie au détriment de l’écologie, pillant la Maison Terre, il est urgent de donner la parole à celles et ceux qui (r)éveillent d’autres voies, des voix qui portent les lueurs d’un chemin où l’humanité se reconnecte à la source de sa nature profonde : terre-ê(s)tre. »

La collection « Voix de la terre » propose un voyage « dans les profondeurs d’une humanité aux mille et un visages, une humanité en relation avec tous les vivants, dans la multitude des mondes, visibles et invisibles, ici au plus près ou là-bas, à l’autre bout du globe. Une Terre où des femmes et des hommes vivent en lien profond avec l’eau, la terre, l’air, le feu, le minéral, le végétal, l’animal, le céleste, les esprits, les ancêtres, en dialogues fertiles avec l’ensemble des vivants, quelle que soit leur essence. » Éditions Actes Sud

Dans cet épisode de So Sweet Planet, nous parlons d’une nouvelle collection de livres, « Voix de la Terre », dirigée par la journaliste et écrivaine Sabah Rahmani, diplômée en anthropologie. Sabah Rahmani travaille sur les peuples racines depuis plus de vingt ans et elle a effectué de nombreux reportages auprès de communautés autochtones. Sabah Rahmani est aussi auteure du livre « Paroles des peuples racines » paru chez Actes Sud en 2019.

 

Kogis, le chemin des pierres qui parlent : dialogues entre chamans et scientifiques (préface Pierre Richard). De Éric Julien, Actes Sud

À l’heure des grands déséquilibres écologiques,économiques et sociaux, ce livre raconte l’histoire d’une improbable rencontre. En 2018, deux Mamas et une Saga, autorités spirituelles des Indiens kogis (Colombie), ont participé avec une vingtaine de scientifiques français à la réalisation d’un diagnostic croisé de santé territoriale du Haut-Diois, petit territoire de la Drôme. Au cours de ces quelques semaines véritablement extra-ordinaires, des échanges féconds, tout en délicatesse et respect mutuel par- delà les différences culturelles, ont permis l’émergence fragile d’une nouvelle pensée, d’un nouveau paradigme, en alliance avec ce vivant qui nous traverse, nous porte et nous fait vivre.

Le dialogue est une réinvention permanente, signe de conscience et de maturité des sociétés, des organisations qui le permettent, le pratiquent et le transmettent. Il révèle que, seuls, nous ne sommes rien, que les autres, humains et non humains, nous renseignent sur ce que nous ne savons pas ou plus de nous, et qu’ensemble tout est possible.

Alors que l’on déplore aujourd’hui une véritable crise de sens et un désarroi croissant, et si écouter les “voix de la Terre” nous permettait de retrouver les “voies de la guérison” et de la résilience ?

Acheter Kogis, le chemin des pierres qui parlent dans une librairie indépendante sur Place des Libraires

 

Yanomami, l’esprit de la forêt de Bruce ALBERT et Davi KOPENAWA, Actes Sud

Ce livre propose une introduction à la pensée – au regard et à l’écoute – des chamans yanomami du Nord du Brésil, traducteurs émérites de la prodigieuse diversité des habitants – humains et non humains, visibles ou non – de la forêt amazonienne. À partir d’une mosaïque de textes de Davi Kopenawa, chaman yanomami, et de Bruce Albert, anthropologue français, liés par une amitié de près d’un demi-siècle, ce recueil s’efforce de faire entendre la polyphonie des voix issues d’urihi a, la “terre-forêt-monde”. À l’encontre de notre propre cosmologie, aucun “grand partage”, ici, entre des “Humains”, retranchés dans leur superbe conquérante, et une “Nature” périphérique tenue pour le décor subalterne de leur hybris prédatrice (ou de leur nostalgie repentante). L’urihi a des chamans yanomami ouvre à la pensée l’architecture d’un vaste multivers aux frontières identitaires mouvantes et au sein duquel tous les peuples du vivant (et au-delà) font société et savent, en dépit de leurs apparentes différences, cohabiter et commercer en bonne intelligence. Un enseignement on ne peut plus salutaire en ces temps d’acharnement suicidaire dans la destruction massive de la biodiversité et de la diversité des peuples.

Acheter Yanomami, l’esprit de la forêt dans une librairie indépendante sur Place des Libraires

 

Écouter l’interview de Sabah Rahmani

 

Le site de Survival International (France)

Le podcast de So Sweet Planet consacré à Survival International

Le site de la revue Natives

 

 

Vous pouvez retrouver Le Podcast de So Sweet Planet sur

et sur la plupart des applis de podcasts

 

So Sweet Planet : un site et un podcast indépendants !

Soutenez mon travail sur Patreon

 

Partager cet article :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par mail
Partager avec Whatsapp
Partager sur LinkedIn
So Sweet Planet sur Apple Podcasts
Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial